Be Fruisy ! Be Happy !

fruisy1

Je suis heureuse de vous retrouver après quelques pépins informatiques… Aujourd’hui, je vous parle de Fruisy, petite pousse qui monte… Jonathan Chetail, son fondateur et jeune entrepreneur ambitieux de 24 ans, invitait journalistes et blogueurs pour leur faire découvrir son concept store le 2 juin dernier, aux Halles de Lyon. Un corner au milieu des plus grands noms de Lyon et une farandole de couleurs et de goûts !

Mais d’où vient Fruisy ? Son fondateur nous répond : « Je me souviens sur une plage qu’un homme est venu découper un ananas devant moi, prêt à déguster et j’avais imaginé vendre des fruits découpés comme les marchants ambulants. L’idée du nom “Fruisy” est née, en mélangeant “fruit” et “easy” ». C’est donc un concept de bar à jus vendant des fruits et légumes à la découpe ainsi que des salades toutes prêtes ou à composer, il propose aussi des recettes de jus et de soupes, prêts à consommer.

Référencée chez Cerise et Potiron, la jeune marque l’est désormais également par la chaîne de boulangerie Paul qui a préféré Fruisy aux jus Innocent… Plutôt un joli coup ! Débordant de projets et d’énergie, Jonathan ne compte pas s’arrêter là. Il est sur le point de lancer un food-truck qui ira stationner 3 jours par semaine dans des entreprises partenaires et rêve meme d’une véritable communauté Fruisy ! Alors bien sûr, Fruisy surfe sur la mode healthy et green très en vogue actuellement et on ne peut pas lui en vouloir, par ailleurs les soupes sont plutôt bonnes (le gaspacho est même très réussi !) et les jus de fruits également sans conservateurs, ce qui est un bon point ! Mais le seul petit reproche que je pourrais faire, c’est le positionnement sur les fruits et légumes choisis et leurs conditions de production. Si les soupes sont produites en Provence et pour certaines affichent un label bio, les jus sont « pascalisés » c’est à dire stérilisés à froid sous haute pression, aux Pays-Bas. Alors si ces derniers fruits proviennent d’une filière d’agriculture durable et raisonnée, on peut quand même déplorer que leur transformation n’ait pas lieu en France. Je suis très attachée à la consommation locale, moi qui vit à la campagne au milieu de producteurs AOC/AOP qui vantent une certaine qualité de produits… Sur ce point, si l’entreprise revendique 80% d’exploitations locales pour les produits de saison, Jonathan Chetail a le mérite d’être clair et ajoute : « le plus possible, on fait appel à des producteurs locaux mais on ne s’interdit pas d’aller choisir des fraises en Espagne si on les trouve meilleures». Dans le cas présent, j’imagine aisément qu’il ne s’agit pas forcément que d’une question de goût… Et personnellement, je préfère ne pas manger de fraises plutôt que d’acheter celles d’Espagne mais je peux comprendre qu’un chef d’entreprise ait des contraintes et doivent faire des choix en terme de rendement, de coût, de qualité… Reste à faire les bons choix et seul l’avenir nous le dira. En tout cas, vue l’implication et l’énergie positive que déploie son fondateur, c’est sûr, on n’a pas fini d’en entendre parler…

Fruisy2

© Crédits photos Fruisy

You may also like...

3 Responses

  1. LOULETTE dit :

    De la fraîcheur,de la couleur, pour des retrouvailles tant attendues !!!!

  2. Je me posais aussi des questions sur l’origine des matières premières ! Un bon point pour la transparence. Au plaisir de se recroiser ! Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *